Excellences, Chers compatriotes, Chers Consuls, Honorables invités, Mesdames et messieurs,

Je vous remercie d’avoir honoré de votre présence cette invitation à célébrer ensemble le 59ème anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. Aujourd’hui, je me suis fixé le défi de prononcer mon discours en allemand.

Pourquoi et pour quoi faire ?

1) Ce jour est un jour de célébration pour toute la population malgache, merci d’être avec nous. Je devrais alors prononcer mon discours, au moins une partie en malgache, mais parmi mes compatriotes ici en Allemagne, je suis peut-être la dernière de la liste à ne pas parler couramment et à maîtriser l’allemand. Donc, au lieu de prononcer mon discours en malgache, je peux m’efforcer de le faire en allemand.

2) Afin d’avoir un discours plus court, qui sera prononcé dans une langue assez difficile. 

3) Madagascar que j’ai l’honneur de représenter, peut s’engager à prendre un nouveau départ, ne pas attendre d’être parfait pour oser faire mieux. Je solliciterai votre tolérance parce qu’il est plus que probable que je ne prononce pas les mots, les phrases correctement, mais je continuerai à déployer des efforts :

  • à l’image de l’équipe nationale (masculine) de football, Barea, qui a démontré courage et bravoure lors du premier match, dont les résultats créent l’espoir.
  • A l’image des jeunes qui viennent en Allemagne pour s’ouvrir sur le monde à la recherche de meilleures opportunités et qui réussissent généralement bien.
  • à l’image de personnes engagées qui s’acquittent de leurs responsabilités avec zèle et honnêteté, des personnes qui travaillent généralement dans les coulisses, mais ensemble nous réussirons à récolter des résultats, tôt ou tard ; mais nous devons commencer et croire en nous-mêmes.
  • A l’image de dirigeants dynamiques, animés d’une volonté politique et prêts à tirer les leçons du passé, à apprendre des pionniers.
  • A l’image des réformes de l’Etat et des nombreuses réformes entreprises à Madagascar avec l’arrivée au pouvoir du Président Andry Nirina Rajoelina depuis janvier dernier.

Honorables invités,

Qu’est-ce qui a été fait jusqu’à présent et qu’est-ce qui est planifié ?

Les progrès en cours dans l’apprentissage et la mise en œuvre de la démocratie selon les règles de l’art peuvent se traduire par des engagements profonds à l’égard de la réalisation. Pour rappel, être élu, c’est honorer un contrat social, l’obligation de rendre des comptes est le mot- clé de sa réalisation.

Je ne citerai que quelques réformes et engagements dans des secteurs clés (IEM) :

  • Dans le secteur de l’énergie: doubler la production d’énergies renouvelables en cinq ans, tripler l’accès de la population à l’énergie. La visite en Allemagne du Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures a permis des discussions sur ce secteur, et promet une coopération plus approfondie, Madagascar est suffisamment engagé pour faire partie du programme « Une énergie verte citoyenne pour l’Afrique».
  • Sur l’environnement et la reforestation, parmi les premières priorités de Madagascar, et un domaine dans lequel l’Allemagne est un soutien précieux. Dans notre ambition d’atteindre les 50 000 HA d’arbres prévus cette année, dans un cadre décentralisé et même au niveau des ménages, c’est-à-dire encourager chaque famille, chaque individu à planter 5 arbres par an.
  • Sur l’agriculture, 100 000 hectares de terres arables pour la culture vivrière, de sorte que Madagascar puisse devenir le carrefour de l’agro-industrie de l’océan Indien.
  • Sur le secteur minier, dans lequel la richesse en ressources naturelles de Madagascar est célèbre dans le monde entier ; la suspension de l’adhésion à l’EITI a été levée. En outre, un cadre réglementaire et une mise en œuvre sont en cours d’élaboration. En effet, aussi riche qu’un pays puisse être, si les ressources ne sont pas bien gérées, la population ne peut pas en bénéficier.

Excellences, Honorables invités,

Des mesures sont prises pour mettre en œuvre des réformes de l’État ; toutes les réformes entreprises ne sont pas totalement nouvelles en soi.

La forte volonté politique de mise en œuvre pour une meilleure gouvernance, l’observation de l’orthodoxie financière, l’économie de moyens au niveau de l’Etat pour une meilleure prestation des services sociaux et administratifs, pour répondre aux attentes élevées de la population, pour travailler plus efficacement au niveau décentralisé, pour augmenter les fonds alloués aux Communes et aux autorités communautaires, et pour faciliter les investissements, ce sont-là des nouveautés.

Enfin et surtout, des incitations aux entreprises ont toujours été prévues, entre autres, la liberté d’investissement pour toutes les nationalités et tous les secteurs ; la liberté de transférer des bénéfices, des dividendes, des salaires, des économies ; des incitations fiscales sur les matériaux importés pour l’utilisation des énergies renouvelables…

Mais n’oublions pas que s’il y a trop d’incitations, si tout le monde veut payer le moins d’impôts possible, ou pas du tout, comment l’État peut-il fonctionner ? Comment les États faibles peuvent-ils fournir des services à leur propre population ?  Nous devons alors trouver un équilibre et Madagascar a aussi beaucoup à apprendre de l’Allemagne et d’autres pays sur le recouvrement des impôts et l’efficacité fiscale.

La numérisation a un rôle clé à jouer dans tous les domaines et de nouvelles mesures sont prises à cet effet.

En effet, nous ne travaillons pas seuls, je remercie au passage mes collaborateurs pour le merveilleux travail qui a été fait, pour l’efficacité, je remercie tous les Consuls ici présents ou ceux qui n’ont pu venir pour une raison ou une autre.

Je remercie tous les partenaires de Madagascar pour leur soutien, en particulier l’Allemagne, dans les nombreux domaines dans lesquels une bonne coopération pourrait être instaurée.

La récente rencontre du Président Malagasy Andry Rajoelina avec la Chancelière allemande Dr. Angela Merkel à Genève le 11 juin, ainsi que deux visites ministérielles sur les aspects techniques de la coopération, espérons que beaucoup d’autres sont à venir, donnent un nouvel élan à la coopération entre l’Allemagne et Madagascar.

Nous restons optimistes pour l’avenir, optimistes pour nos prochains matches de football dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations, pourquoi pas ? Sans pour autant mettre de côté le principe : que le meilleur gagne !

Je vous remercie de votre patience et de votre aimable attention.