L’immatriculation consulaire des ressortissants Malagasy se fait désormais en ligne
L’immatriculation consulaire des ressortissants Malagasy se fait désormais en ligne

Les organisateurs de CEBIT Hanovre, « Europe’s Business Festival for innovation and digitalisation » conjointement avec ceux du Ministère fédéral des Affaires Étrangères ont invité les diplomates de Berlin pour une visite guidée des stands pionniers de cette plateforme de rencontres et d’échanges dans les domaines de la future mobilité, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle. Une représentante de l’Ambassade a participé à cette visite, réelle opportunité de découvrir les dernières tendances en matière de digitalisation.

Le nouveau concept de CEBIT pour cette édition 2018 propose quatre thèmes à savoir :

  • D!conomy, pour les professionnels de l’informatique, les principaux décideurs publics et privés. Il inclue la digitalisation des affaires, de l’administration, de l’IoT (Internet of Things), de la sécurité, de la communication et des réseaux, de la distribution, des solutions mobiles et des centres de données.
  • D!tec, réservé aux start-ups, aux développeurs, aux innovations
  • D!talk, plateforme de conférence pour les visionnaires, les experts internationaux
  • D!campus, lieu de détente et d’activités récréatives où tous les acteurs peuvent échanger tout en appréciant des concerts de jazz joué par des robots, en mangeant ou buvant.

Plusieurs entreprises allemandes et celles provenant des autres pays dont le Japon, qui est également le pays partenaire, ont exposé leur savoir-faire, leur prototype technologique. Tel est le cas des entreprises telles IBM et Airbus avec leur invention appelée CIMON, assistant des astronautes dans leur quotidien, ou Audi avec leur prototype de voiture autonome, ou de SAP avec leur solution pour manager totalement un parc d’attraction afin d’obtenir le maximum de productivité sur le plan financier, logistique, sécurité, clients… Tous les produits présentés ont été conçus et développés par des équipes composées d’ingénieurs et de génies débutants ou expérimentés internationaux.

Les acteurs privés et publics Malagasy du numérique et de la digitalisation devraient accompagner et encourager les jeunes talentueux à développer leur savoir-faire en intensifiant la recherche de partenariats étrangers dans le renforcement des capacités. Sur le plan local, ils devraient promouvoir les start-ups, puisque désormais, nous vivons dans un monde connecté et digitalisé.